Conflit de nom des chrétiens de l’Est

Introduction

 

Depuis la fin du 19ème siècle, les chrétiens de l’ancienne Mésopotamie, tels que les Chaldéens, les Araméens, les Assyriens, etc., sont confrontés à des conflits de noms qui ont persisté jusqu’à ce jour.

 

Ces conflits de noms ont toujours été le résultat de schismes et les conflits dans ce cadre ont évolué d’un contexte historique religieux à un contexte ethno-historique au 20ème siècle.

Il est important de savoir qu’il est difficile de prouver qu’un peuple d’aujourd’hui a un lien direct et pur avec un peuple historique d’il y a plus de 2000 ans et surtout quand, par le passé, différents noms ont été utilisés pour les gens d’aujourd’hui.

Pour être capable de prouver un tel rapport, on invoque des sources historiques. Certaines sources écrites, cependant, ne sont pas toujours basées sur la neutralité et nourrissent les gens avec des croyances qui ne correspondent pas à la vérité.

Cela garantit que les sources historiques se contredisent souvent et que des conflits se produisent de cette manière. Ce n’est pas différent dans le contexte du conflit de noms entre les chrétiens orientaux de Mésopotamie.

Le fait est qu’un litige a toujours deux versions, à savoir la version d’une partie et la version de la contrepartie.

Et bien qu’il n’y ait pas de consensus complet parmi les historiens dans cette histoire, il est recommandé d’afficher toutes les versions, car chaque version a un arrière-plan. Quand on connaît ce contexte, on peut aussi comprendre les motifs et placer l’histoire dans le bon contexte.

Le message ici est que l’on devrait voir ce nom en conflit à partir d’une position neutre et épurée dans tout son contexte et ne pas se fier uniquement à une source, qui peut ne pas avoir un caractère neutre.

Dans cet article, nous nous concentrons sur les noms Assyriens et Chaldéens.

 

Noms religieux

 

Depuis la naissance du christianisme, les chrétiens de la Mésopotamie vivaient sous la domination d’autres superpuissances non chrétiennes, telles que les Perses, les Arabes et les Ottomans.

 

Quand il y a des populations parmi ces superpuissances qui diffèrent de la langue, de la culture ou de la religion, elles parlent de groupes ethniques minoritaires, malgré leur nombre.

 

Une conséquence logique de ceci est que ces groupes de population sont nommés en fonction de ce qu’ils diffèrent. Dans le cas des chrétiens mésopotamiens, c’était leur foi et leur langue, car depuis le christianisme, ils ont été étiquetés comme chrétiens syriens (Syriens <-> Suraye), où Syrien réfère à la langue liturgique des églises auxquelles appartiennent ces chrétiens et non , comme beaucoup commencent à penser logiquement, dans le pays contemporain de la Syrie.Cette distinction a été faite par les superpuissances concernées sans attacher d’importance à l’origine ethno-historique de cette population chrétienne.De ce point de départ, plusieurs noms religieux sont apparus à la suite de schismes au sein du christianisme. En conséquence, l’identité ethnique de ce groupe de population a pour ainsi dire disparu des livres d’histoire.

 

Noms ethniques

 

Si nous jugeons que les chrétiens mésopotamiens étaient connus comme nestoriens, jacobites, syriens, etc. depuis le christianisme, et ainsi étiquetés, alors nous pouvons expliquer le contexte religieux, mais pas l’origine ethnique de cette population.

 

Que les chrétiens mésopotamiens ne se sont pas souciés de leur identité ethnique au cours des siècles après Christ, a beaucoup à voir avec leur conversion au christianisme et les développements ultérieurs.

 

Cependant, chaque personne a, outre une identité religieuse, aussi une identité ethnique, donc il y a la bonne question «Qui sommes-nous? ». Une question à laquelle nous avons reçu de nombreuses réponses au 20ème siècle, peut-être même trop dans le sens où c’est devenu un débat sans fin.

 

Aujourd’hui, les noms ethniques des Chaldéens, des Araméens et des Assyriens ont une origine religieuse, mais sont aussi indissolublement liés à un arrière-plan historique.

L’envie des chrétiens de Mésopotamie de redonner une touche ethnique à leur identité a souvent à voir avec leur diaspora.

Plus que jamais, les gens ont tendance à se profiler comme un peuple ethnique pour pouvoir se représenter dans le monde entier.

On se rend aussi compte qu’on ne descend pas des superpuissances sous lesquelles ils ont vécu pendant plus de deux mille ans et ont donc commencé à chercher leurs racines historiques.

Leur recherche aujourd’hui a cependant conduit à un débat sur lequel aucun consensus n’a été atteint dans le monde entier. Un débat largement influencé par le «nationalisme assyrien» [1] du XXe siècle.

 

Nestoriens et Jacobites

 

Nestoriens (Nestornayé)

Les chrétiens de l’Église d’Orient, connus à l’époque sous le nom de nestoriens, n’ont jamais vraiment été nestoriens[2].

Nestorius, un patriarche de Constantinople du 5ème siècle, a été déporté et exilé pour ses vues christologiques.

L’Église d’Orient a, depuis le 5ème siècle, suivi largement les conceptions christologiques de Théodore de Mopsuestia, mieux connues sous le nom du diphysisme . Les visions de Nestorius s’y appuyèrent de sorte qu’on nommait les chrétiens de l’Église d’Orient ‘Nestoriens’. Un nom “hérétique” avec lequel ils n’ont pas eu de difficulté.

Ainsi, le nom nestorien a évolué d’un surnom religieux à une dénomination d’une population chrétienne. Ce nom n’a donc aucune origine ethnique.

Jacobites (Jakobayé)

Tout comme le nom Nestorien, le nom Jacobite est un nom religieux qui n’a aucune origine ethnique.

Les chrétiens jacobites étaient des chrétiens qui suivaient les enseignements de Jacobus Baradaeus, métropolite d’Edessa et grand défenseur du miaphysisme .

Ce nom est aussi le résultat de différences christologiques au sein de l’Eglise. Aujourd’hui, les Jacobites sont connus sous le nom de chrétiens syriens orthodoxes et syriens-catholiques.

 

Chaldéens (Keldayé)

 

On dit souvent que le nom Chaldéen est un nom religieux pour les chrétiens de l’Église d’Orient qui se sont alignés avec l’Église de Rome au 15e siècle.

 

Compte tenu de ce qui a déjà été dit dans cet article, on peut conclure que cette affirmation ne peut pas être correcte.

 

Les Chaldéens qui se sont unis avec Rome à l’époque sont devenus catholiques, tout en conservant leur propre rite, à savoir le rite de l’Église d’Orient.

 

Si ‘chaldéen’ était un mouvement religieux, l’alliance avec l’Église de Rome n’aurait jamais existé.

 

Ce qui s’est réellement passé dans cette alliance avec Rome, c’est que les Chaldéens ont accepté les conciles qui formaient alors la pierre d’achoppement christologique entre l’Église de Rome et l’Église d’Orient.

 

On ne peut donc pas dire que les Chaldéens sont devenus Chaldéens religieusement au XVe siècle, le moment de l’union avec Rome.

 

On ne peut non plus dire que les Chaldéens se sont convertis à un certain «courant chaldéen», car « chaldéen » réfère à l’identité des Chaldéens de Mésopotamie et non à un mouvement religieux du XVe siècle, comme on ose le prétendre.

 

Un fait simple qui peut clarifier ceci est le fait que si les Chaldéens sont synonymes de chrétiens catholiques, alors il y aurait déjà des chrétiens catholiques avant le Christ, ce qui est impossible.

 

Un fait est que l’alliance avec Rome au 15ème siècle a en effet apporté une division de l’Église de l’Est avec elle. A partir de cette période, il existait d’une part, la branche «Nestorien» ou mieux formulé la branche «non-catholique» de l’Église de l’Est et, d’autre part, l’Église catholique de l’Est.

 

Il est important de savoir ici que les chrétiens qui restaient nestoriens ont été étiquetés comme nestoriens chaldéens et les chrétiens qui étaient convertis au catholicisme comme chaldéens catholiques. Cela ne fait que confirmer que le nom chaldéen était une identité du peuple des chrétiens de l’Église d’Orient et non une identité religieuse.

 

Les raisons historiques ont été la base du choix d’inclure officiellement le nom chaldéens dans les livres d’histoire.

 

Le siège de l’Église de l’Est était à l’origine situé près de l’ancienne Babylonie, à Seleucia-Ctesiphon. Il y avait donc une population chrétienne considérable dans cette région.Les Chaldéens, cependant, n’avaient plus contrôlé la géographie depuis 539 av. et les grandes puissances telles que les Perses, les Arabes et les Ottomans ont toujours réprimé les sentiments nationalistes des groupes minoritaires, de sorte que le nom «Chaldéens» n’est plus inclus dans les livres d’histoire. Avec d’autres peuples qui s’étaient convertis au christianisme, ils étaient maintenant étiquetés comme chrétiens, un groupe minoritaire parmi les superpuissances. En conséquence, le caractère ethnique de l’identité chaldéenne a largement fusionné dans un caractère religieux (chrétien).

 

Les Chaldéens étaient également liés à la «magie» ou plus spécifiquement à la «sorcellerie», car ils étaient très occupés par l’astrologie. Cette association a donné un nom négatif aux Chaldéens.

 

Cependant, il n’a pas pu être établi que les chrétiens de la Mésopotamie «parlant le néo-araméen» ne pouvaient avoir de relations avec les anciens peuples mésopotamiens, car ils parlaient une langue directement liée à leurs ancêtres mésopotamiens.

 

Les Chaldéens n’ont donc aucune affinité avec les superpuissances (Perses, Arabes, Ottomans) en vertu de laquelle ils ont vécu pendant plus de deux mille ans et étaient logiquement associés aux Chaldéens de l’ancienne Mésopotamie.

 

Assyriens (Atorayé)

 

Souvent on entend que les chrétiens orientaux sont des Assyriens ethniques et simplement des Chaldéens de la foi. La vérité est très déshonorée lorsque nous menaçons de croire cette déclaration. Cette déclaration est le résultat du nationalisme assyrien du XXe siècle et doit être légèrement nuancée.

 

L’utilisation moderne du nom Assyrien a un fond géographique et archéologique au lieu d’une origine ethnique comme beaucoup de pensées modernes.

 

La réutilisation du nom Assyrien est le résultat des découvertes archéologiques au 19ème siècle. En 1840, des fouilles archéologiques ont été effectuées dans la région des plaines de Mossoul-Ninive en Irak[3]. Ici des découvertes spectaculaires ont été faites et le nom Assyrien dans ce domaine est devenu très attrayant.

 

Les chrétiens de Mossoul-Nineveh savaient aussi de la Bible qu’ils vivaient dans la région qui était autrefois l’Assyrie et cette région a donc été appelée «Ator» pour des raisons géographiques, traduction néo-araméenne de l’Assyrie. Les Arabes, cependant, ont appelé cela Al-Mawsil[4].

 

Les Nestoriens chaldéens de l’Église d’Orient, qui n’étaient pas convertis au catholicisme, étaient fermement convaincus pendant cette période qu’ils étaient Assyriens.

 

Les Britanniques y ont joué un rôle très important[5], non seulement avec les fouilles archéologiques qu’ils ont effectuées, mais aussi avec la mission de l’Église anglicane auprès des chrétiens «nestoriens». Ils ont appelé leur mission «mission aux chrétiens assyriens», parce que la dénomination nestorienne, contrairement aux Assyriens, était inconnue des Occidentaux et Nestorien avait un arrière-plan négatif.

 

Peu à peu le terme assyrien a été utilisé par les chrétiens «nestoriens» de l’Église d’Orient. A partir du XXe siècle, ce terme a été propagé par les nestoriens chaldéens nationalistes de telle sorte qu’il a acquis une grande réputation.

 

L’église de l’Est des Assyriens est née en 1976 après une scission de l’église nestorienne de l’Est. Cette scission était le résultat d’une torsion religieuse. A partir de là, il y avait d’une part la «vieille église de l’Est» et de l’autre part «l’église de l’Est des Assyriens».

 

 Assyro-Chaldéens

 

Le nom Assyro-Chaldéens est un terme collectif pour Assyriens et Chaldéens et est aujourd’hui principalement utilisé pour nommer la communauté chaldéenne à Paris.

 

Les Assyro-Chaldéens réussissent ainsi efficacement dans les deux groupes de population divisés et ne représentent pas un troisième groupe, ce que beaucoup pensent.

 

Ce terme, cependant, nourrit pour beaucoup la théorie erronée selon laquelle ‘Assyro’ signifie l’ethnicité et ‘Chaldéens’ la religion.

 

Cette théorie erronée fait également partie de la propagande assyrienne du XXe siècle et ne s’appuie pas sur des sources historiques ou religieuses.

 

C’est d’ailleurs une théorie tout à fait non logique, car alors les chrétiens appartenant à l’Église assyrienne d’Orient devraient être nommés assyro-assyriens, ce qui n’est pas le cas.

 

Malgré le fait que le nom d’Assyro-Chaldéens veut utiliser une dénomination unifiée, il est rarement conscient que cela exclut d’autres populations chrétiennes orientales, telles que l’Araméen (Syriaque Orthodoxe et Syro-Catholique), Melkite, Maronite etc.

 

Ces populations chrétiennes orientales partagent également largement le même contexte historique et ont le droit d’être incluses dans un terme collectif pour les chrétiens mésopotamiens.

 

 

[1] Frahm, E., A companion to Assyria, chapter 32: Assyrian Christians (by Butts Michael Aaron), John Wiley & Sons Ltd, Yale University, New Haven, US , 2017.

[2] Wilmshurst, D., The Martyred Church, A History of the Church of the East, East & West Publishing Ltd, Londen, 2011, 522 pages.

[3] Layard, A.H., Nineveh and its remains, The gripping journals of the man who discovered the buried Assyrian cities, Skyhorse Publishing, New York, 2013, 528 pages (initialement publié par John Murray (Londen) en 1849).

[4] Jozeph, J., The Modern Assyrians in the Middle East, Encounters with Western Christian Missions, Archaeologists, and Colonial Powers, Brill, Leiden, Boston, Keulen, 2000, 291 pages.

[5] Wigram, W.A., The Assyrians and their Neighbours, G.Bell & Sons, Londen, 1929, 247 pages.