Déclaration finale du synode chaldéen de 2018

Déclaration finale du synode chaldéen de 2018

En réponse à l’invitation du patriarche cardinal Louis Raphael Sako, le synode de l’Église chaldéenne a tenu sa réunion annuelle, du 7 au 13 août, au siège du Patriarcat à Bagdad. Des évêques de différents diocèses ont participé, notamment l’Australie, l’Amérique, le Canada, l’Europe, l’Iran, l’ Irak, le Liban et la Syrie, en tenant compte des préoccupations et des espoirs de leur population, en particulier dans la situation actuelle en Irak et dans la région, aussi bien avec les défis auxquels ils sont confrontés dans la diaspora. Les évêques du Synode ont entamé la séance d’ouverture en remerciant Dieu pour: le retour de nombreux chrétiens fuyant dans leurs villes de la plaine de Ninive; l’amélioration relative de la sécurité en Irak et la performance pastorale dans les diocèses

 

En résumé, ils ont publié la déclaration suivante:

 

Premièrement, les affaires ecclésiastiques

 

Les participants à la conversation du synode ont discuté de la situation de leurs diocèses à l’intérieur et à l’extérieur de l’Irak, ils ont choisi des évêques pour les diocèses exceptionnels; discuté de leurs besoins, en particulier du besoin urgent de prêtres, de religieuses et de moines bien préparés, qui préserveront «l’identité orientale», la culture et les traditions de chaque pays; concentré sur la souffrance des chrétiens et de leurs concitoyens en Irak à la suite de l’occupation de Mossoul et des villes dans la plaine de Ninive par l’Etat islamique et du déplacement de ses habitants, en plus de la détérioration de la situation politique, économique et sociale en Irak.

 

D’autre part, les pères synodaux ont salué les efforts des Eglises, qui continuent de travailler dur pour fournir une aide sociale et humanitaire, en plus de la restauration des maisons pour encourager le retour du reste des familles déplacées. C’est pourquoi les membres du Synode ont assuré leur engagement à défendre les Iraquiens et à leur apporter toute l’aide possible en dépit de tous les défis.

 

De plus, les pères synodaux ont appelé les croyants, où qu’ils soient, à rester fermes et patients dans la pratique de leur foi et à conserver l’héritage de leur Eglise et de leurs ancêtres et aussi la langue. Ils remercient également sincèrement toutes les institutions ecclésiastiques et les organisations civiles internationales qui les ont soutenus pendant la longue agonie des chrétiens: «Nous donc aussi, puisque nous sommes environnés d’une si grande nuée de témoins, rejetons tout fardeau, et le péché qui nous enveloppe si facilement, et courons avec persévérance dans la carrière qui nous est ouverte. Ayant les regards sur Jésus, le chef et le consommateur de la foi. » (Hébreux 12 :1-2)

 

 

Deuxièmement: les affaires publiques

 

Parce que les chrétiens irakiens attendent toujours la formation d’un gouvernement fort civile nationale qui leur offre, à eux et à tous les autres citoyens irakiens, l’égalité, la liberté, la démocratie et la vie décent et qui offre le respect du pluralisme, les Pères du Synode soutiennent fortement le contenu de la lettre de HB aux politiciens irakiens, datée du 30 Juillet 2018. En résumé: les efforts des Irakiens, en particulier ceux qui ont fait preuve de bonne volonté pour construire l’unité nationale, s’attaquer à la corruption généralisée et assurer le fonctionnement “correct” des institutions constitutionnelles pour travailler avec diligence à la promotion de l’économie et opportunités d’emploi en Irak pour les générations futures, loin des quotas et du sectarisme. Ils exigent également que le gouvernement aide les familles déplacées à réparer leurs maisons, de remettre en état leurs infrastructures pour conserver leurs biens et d’arrêter le processus de changement démographique. Simultanément, ils encouragent la communauté internationale à les aider à obtenir un retour décent et sûr.

 

Enfin, les Pères synodaux veulent que la guerre en Syrie et dans d’autres pays du Moyen-Orient s’achève et que tout le monde s’efforce de parvenir à une paix éternelle dans la région. Ils appellent également les États-Unis d’Amérique et la République islamique d’Iran à engager le dialogue et les moyens diplomatiques pour résoudre les problèmes non résolus au lieu d’imposer des sanctions lorsque des innocents paient toujours le prix, d’autant plus que les Irakiens ont déjà été sanctionnés depuis treize ans. Les guerres et les sanctions, sauf négatives, n’auront pas d’autres conséquences.

 

Enfin, les pères synodaux ont souhaité le meilleur de tous les frères et sœurs musulmans pour la prochaine fête du sacrifice, les ont félicités et ont exprimé leur souhait sincère de continuer à vivre ensemble dans la paix, la stabilité et l’amour.