Chaldéens en Mésopotamie du Nord

Introduction

En raison du conflit de noms entre les chrétiens orientaux, toutes sortes de théories sont émises dans le monde. Des théories formées par l’utilisation sélective d’informations historiques. De telles théories forment la base de discussions interminables et empêchent l’unité entre les groupes de la population chrétienne au Moyen-Orient.

L’une de ces théories que nous voulons discuter dans cet article est l’affirmation selon laquelle les Chaldéens, un ancien peuple sémitique, vivaient dans le sud de la Mésopotamie et les Chrétiens Chaldéens modernes du nord de la Mésopotamie ne peuvent par définition être Chaldéens. Les chrétiens vivant dans le nord de la Mésopotamie sont alors plus logiquement des ” Assyriens “, selon les « nationalistes assyriens » d’aujourd’hui, puisque l’Assyrie était située dans le nord de la Mésopotamie.

Dans cet article, nous laissons ouverte la question de savoir si les chrétiens mésopotamiens sont d’origine Chaldéens, Assyriens ou Araméens. Nous approfondirons le principe d’une telle théorie utilisée et les motifs qui la sous-tendent.

 

Géographie et migration

Tout d’abord, il est absurde de dire qu’il est impossible pour quelqu’un vivant dans le pays A d’avoir un lien avec le pays B. Les personnes qui osent le faire n’ont pas pris note du fait qu’il existe une ” migration humaine “, aussi connue comme « déplacement de population ».

Si nous devons suivre une telle théorie, la troisième génération de chrétiens chaldéens, assyriens ou araméens, qui vivent dans la diaspora, ne peut pas avoir un lien avec leur patrie.

Ils diront bien sûr que c’est traçable. C’est tout à fait vrai, mais la même histoire s’applique aussi aux anciens peuples. Cependant, pour le savoir, il faut être ouvert à toutes les informations historiques et ne pas procéder de manière sélective.

Selon les sources historiques, les anciens Chaldéens s’établirent vers 1000 av. J.-C. dans le sud de la Mésopotamie, avec la célèbre Babylone comme bastion. Mais comme beaucoup d’autres peuples, les Chaldéens ont aussi émigré.

Voici quelques arguments séparés qui montrent que la fausse théorie en question repose sur une hypothèse négligeable.

 

Déportation au 8e siècle avant J.-C.

Sous le règne du roi assyrien Sennacherib (705 av. J.-C. – 681 av. J.-C.), il y eut une bataille entre les Assyriens d’une part et les Elamites, Chaldéens et Araméens d’autre part. Dans ces batailles, Sennacherib remporta une victoire décisive et déporta 208 000 Chaldéens et Araméens au nord, plus précisément à Ninive. Cette information historique est mentionnée en akkadien sur le prisme de Sennacherib (tablette d’argile polyvalente), qu’on peut voir à l’Oriental Institute of Chicago[1]. Ce prisme est une découverte archéologique du colonel britannique Taylor en 1830 près de Ninive.

 

Néo-Babylone sous domination chaldéenne

L’Empire néo-babylonien a existé de 626 avant J.-C. à 539 avant J.-C. et a été gouverné par une dynastie chaldéenne. Cette dynastie chaldéenne avec le premier souverain Nabopolassar, avec les Mèdes, a fait tomber l’empire assyrien, dont le territoire a été pris. L’empire néo-babylonien s’étendait du sud de la Mésopotamie au nord de la Mésopotamie (Irak et sud-est de la Turquie) et comprenait le levant (Syrie, Israël, Liban, Jordanie). Les Chaldéens furent les derniers indigènes à gouverner la Mésopotamie. Bien sûr, cela ne serait pas possible s’ils n’étaient pas présents dans toute la Mésopotamie, y compris dans le nord.

 

Chrétiens de l’Église d’Orient (éta ed medenha)

L’Église de l’Orient était une Église puissante, à laquelle appartiennent les chrétiens chaldéens et assyriens modernes. Cette Église avait acquis son autonomie au Ve siècle après J.-C.

Au Synode de l’Église d’Orient en 424 après J.-C., il fut décidé que le métropolite de Seleucia-Ctésiphon pourrait être le seul chef de l’Église persane (Église d’Orient) et qu’il ne devrait donc y avoir aucune autorité ecclésiastique au-dessus de lui[2]. Dadisho, métropolite de Seleucia-Ctésiphon à l’époque, prit le titre de ‘Catholicus’ et devint ainsi le Patriarche’.

Seleucia-Ctésiphon était située au sud de la Mésopotamie, près de Babylone historique. Cette ville était un centre important pour les chrétiens de l’Eglise d’Orient. A partir de 775, le Patriarcat fut transféré à Bagdad en raison de ses relations politiques avec le Calife Islamique.

Ce fait montre que dans le sud de la Mésopotamie il y avait une présence significative des chrétiens de l’Eglise d’Orient. Il est impossible de dire maintenant que les chrétiens du sud et les chrétiens du nord étaient des peuples séparés, parce qu’ils étaient le même peuple, la même Église et la même langue.

Disons que tous ces chrétiens étaient des Assyriens (descendants des anciens Assyriens), alors comment est-il possible qu’ils étaient également présents dans le sud de la Mésopotamie? Car si nous devons suivre la théorie pertinente, les Assyriens vivaient au nord et les Chaldéens au sud et les Assyriens ne pouvaient pas vivre au sud, alors que les chrétiens dont nous parlons étaient également présents dans le sud et y avaient même leur centre.

 

 

Migrations dues à la persécution des chrétiens

Comme nous l’avons lu dans le paragraphe précédent, les chrétiens de l’Église orientale se sont répandus dans toute la Mésopotamie depuis le début du christianisme.

C’est tout à fait logique car, selon la tradition, dans toute la Mésopotamie, le christianisme a été évangélisé par les apôtres Mar Addai et Mar Mari, deux des fondateurs légendaires de l’Église d’Orient. Mar Addai aurait évangélisé dans le nord de la Mésopotamie et Mar Mari dans le sud.

Les chrétiens de Mésopotamie ont souvent été persécutés à cause de leur foi. Ils ont souffert de toutes les superpuissances non chrétiennes et sont encore souvent la cible de groupes extrémistes aujourd’hui.

Comme partout, une minorité persécutée réussit à s’enfuir, ce qui a également été le cas des chrétiens mésopotamiens. Il y a eu des moments où ces chrétiens ont fui dans toutes les directions. Il s’agissait toujours des mêmes personnes, quelle que soit leur situation géographique.

Pendant le règne des califes islamiques, le christianisme dans le sud a également subi plus de pression et l’Église d’Orient s’est développée très fortement dans le nord avec des diocèses supplémentaires[3]. Cela s’est reflété jusqu’au XXe siècle inclus dans la présence considérable des chrétiens de l’Église d’Orient dans le nord de la Mésopotamie.

 

Conclusion

Nous pouvons conclure que l’argument géographique des nationalistes assyriens est basé sur des informations sélectives et superficielles et est plutôt utilisé pour convaincre les chrétiens mésopotamiens d’une identité ethnique assyrienne. Une histoire de 2600 ans a été passée afin d’établir des liens directs avec les anciens Assyriens.

Cependant, les arguments ci-dessus montrent qu’on ne peut pas se fier uniquement à la géographie pour retracer les racines d’un peuple.

De plus, la distance géographique entre l’ancienne Babylone et Ninive n’est que de 700 km. Cependant, quand on utilise la théorie en question, on parle presque de deux mondes séparés.

Et pour renforcer encore plus cette théorie, on mentionne que les Chaldéens sont originaires de Bassorah, tout au sud de l’Irak. Plus dans le sud, plus la théorie semble convaincante.

Heureusement, la Mésopotamie borde le golfe Persique au sud, car qui sait d’où viendraient les Chaldéens selon ces nationalistes assyriens (lire aussi l’article Nationalisme assyrien).

[1] Luckenbill D., The Annals of Sennacherib, The University of Chicago Oriental institute publications Volume II, Chicago, 1924, 196 pages.

[2] Wilmshurst, D., The Martyred Church, A History of the Church of the East, East & West Publishing Ltd, Londen, 2011, 522 pages. Voir chapitre I.

[3] Wilmshurst, D., The Martyred Church, A History of the Church of the East, East & West Publishing Ltd, Londen, 2011, 522 pages. Voir chapitre III Chrétiens et musulmans.