Une femme chaldéenne parcourt le monde dans le combat contre la pauvreté

Là où votre passion et les besoins du monde se croisent, se trouve le chemin de la croissance spirituelle. Un sort inspirant qui pousse une jeune femme chaldéenne de Malines à contribuer à l’amélioration du monde. Sonja Kareman a 29 ans et parcourt le monde pour lutter contre la pauvreté, une tâche qui lui convient parfaitement. Elle tire son énergie de sa foi et de la gratitude qu’elle reçoit. Ci-dessous ses expériences qu’elle a écrites, une histoire de partage fraternel.

 

Sonja Kareman

Chaque petit être a des rêves, grands ou petits, parfois réalistes puis irréalistes, mais toujours en croissance. Dans mon grand rêve de jeune fille, il y avait au loin un sommet de montagne qui brillait au soleil, une société qui avait de la place pour tout le monde, peu importe qui on est et ce qu’on a. Dans ce grand rêve, je me dirigeais vers l’avenir, avec un sac à dos à portée de main, je suis partie dans cette vie. La route était longue et pas évidente. Souvent, je devais m’arrêter, le temps et l’espace nécessaires pour donner une place à toutes les innovations et tous les changements. C’est une façon dont j’ai fusionné avec ma famille et Dieu, qui m’a appris à découvrir la “vraie Sonja”. J’ai construit la confiance en moi à travers des expériences de vie; amitié avec des personnes dans le besoin qui sont entrées dans ma vie et qui sont parties mais qui ont laissé une profonde traînée de sagesse et de chaleur.

 

 

J’ai étudié la sociologie en fonction de ce rêve qui a pris forme. Au cours de cette étude, j’ai suivi un cours intensif d’animation et, à l’âge de 20 ans, je suis partie à l’étranger pendant 3 mois pour participer à des projets destinés aux personnes dans le besoin: Hongrie, Espagne et France. Je suis résolument rentrée chez moi pour réaliser ce grand rêve. Le dévouement envers les enfants, les jeunes et les personnes âgées m’a intrigué et cela est devenu le fil conducteur de ma vie. Peu à peu, j’ai aussi compris qu’il s’agissait d’un appel du Seigneur selon lequel on se sent à l’intérieur de toujours suivre un nouveau chemin de vie. Dans la prière et la solidarité avec le Seigneur, je sens l’appel concrètement et je sais où le Seigneur veut me conduire. Avec passion, confiance et enthousiasme, je donne toujours de la couleur à cet appel et j’y vais. Même si on est jeune, célibataire et fille, le feu en soi est si angoissant et si brûlant. Cet appel est également venu en 2018; un appel auquel je n’ai pas pu résister… parce qu’Il m’a conduit d’Europe même à l’Afrique.

 

En été et à l’automne 2018, j’ai eu l’honneur de pouvoir aider pendant plusieurs mois en tant que bénévole en Croatie et en Afrique. Deux projets différents, deux pays différents et deux groupes cibles différents. Une grâce, un processus de croissance intérieure et de la gratitude ne sont que quelques fruits que l’on m’a permis de récolter.

 

En Croatie, j’ai été autorisé à travailler pour des enfants handicapés. C’étaient des semaines intensives d’organisation, d’examen et de croissance spirituelle. Tous les enfants, petits et grands, attachés à un fauteuil roulant ou déjà flottants, sans aucune idée. Cela s’est passé spontanément et les enfants et les jeunes en ont profité au maximum. Je me souviens très bien de notre grande activité où les enfants pouvaient effectuer différentes activités. Ils avaient un autocollant sur chaque île collée sur leur carte. Finalement, ils ont reçu une médaille. L’émotion était aussi lorsqu’un des enfants a pris le billet avec les 5 autocollants et la médaille dans sa chambre; il a placé la carte sous son oreiller et placé la housse de couette dessus pour que personne ne la prenne. C’était faire la différence pour eux, c’était le sentiment que nous, bénévoles, peuvent être là. Ces enfants ne demandent pas les plus grandes choses. L’amitié et la présence physique sont plus que suffisantes pour eux. S’ils peuvent alors garder une mémoire, c’est comme si le Saint Nicolas leur avait rendu visite.

 

Après la Croatie, cette montagne a brillé vers l’Afrique. Emballée et chargée, je suis partie avec un gros budget de parrainage, de l’enthousiasme et, surtout, beaucoup d’enthousiasme envers la Tanzanie. J’ai eu l’occasion de me consacrer au projet Beyond Child Smile. Les semaines ont passé et cela a été une expérience d’apprentissage à la fois pour la rénovation et l’enseignement. À mon arrivée en Tanzanie, je ne savais pas à quoi m’attendre.

Le projet Beyond Child Smile s’engage à améliorer l’éducation à Ilboru, tant en termes de qualité / contenu que d’infrastructure. Étant donné que nous avions pris un important budget de parrainage en Belgique, nous avons pu réaliser beaucoup de choses dans une école publique où ne fréquentent que les plus pauvres. La façade et toutes les salles de classe ont été prises en charge. Elles ont été poncées, enduites, mastiquées et recouvertes d’une couche de peinture complète. Une cuisine complète moderne et sûre a été construite et installée. Auparavant, la cuisine était un ancien hangar et la fumée pénétrait dans les salles de classe. Elle a maintenant été adaptée et construite de manière à ce que la fumée puisse monter dans les tuyaux. Nous avons également ouvert la conduite d’eau pour que les enfants d’âge scolaire puissent boire de l’eau potable à l’école. L’électricité était installée. Toutes les fenêtres ont également reçu une verrerie solide afin de protéger les enfants du froid en hiver et du sable en été. Les travaux de rénovation ont porté leurs fruits. Tant d’enfants d’âge scolaire ont maintenant un environnement agréable pour apprendre la sagesse de la vie.

 

Dans l’après-midi, nous avons été appelés à enseigner, au collège, aux enfants du quartier. Principalement mathématiques et anglais. Les classes sont répartis en 7 classes. Il y a environ 100 enfants vivant dans la pauvreté. Le but de cette école supplémentaire est de maintenir les enfants hors de la rue tout en les soutenant dans leurs cours. Ils viennent souvent avec des devoirs qu’ils comprennent bien ou non, ou pour faire des exercices supplémentaires afin que tout se passe bien à l’école. Pour cette école à temps partiel, nous avons également construit des installations sanitaires afin que les enfants puissent aller aux toilettes de manière appropriée, et on a acheté un projecteur et des haut-parleurs pour rendre les cours plus interactifs. À la fin des leçons, on a pu organiser de nombreux jeux et du bricolage, comme le basket-ball, du football, de la danse, du saut, etc. Cela a été enrichissant et révolutionnaire. Avec peu ou pas de matériel de jeu, ces enfants ont réussi à me donner de la sagesse. Voir le grand dans le petit et voir le petit dans la richesse. Nous avons fait un ballon avec du matériel qui a été rassemblé. Une corde à sauter a été réalisée à partir d’un tuyau d’arrosage que nous avons trouvé quelque part dans la rue. Il y avait de la danse et du chant de façon africaine. J’ai eu le droit de distribuer le matériel scolaire sponsorisé le dernier jour par classe et par enfant. Les sourires des enfants étaient suffisants pour se rendre compte que cela les avait rendus si heureux.

 

Dans les deux projets, les enfants m’ont appris la valeur de l’amitié inconditionnelle. Ils m’ont appris à sécher les larmes de honte (pour le bien de notre belle vie) par leurs sourires, leur gratitude. Ils sont un arc-en-ciel dans lequel chaque couleur de leur sourire nous réchauffe chaque jour davantage. Ils nous ont appris à laisser tomber les choses et à les accepter sans trop de questions et à croire en chaque jour qui vient. Ils ne regardaient ni dans l’avenir ni dans le passé, ils observaient le présent, notre présence et récoltaient les fruits de chaque jour où nous étions là.

 

Les besoins étaient perceptibles dans les petites choses, les petites questions et les petits besoins, mais qui sont si importants pour eux. Ils sont si heureux avec les petites choses et apprennent à vous apprécier. Du peu d’attention, ils en font une richesse. Leur humilité, leur gratitude et leur visage vulnérable vous ramènent à votre fondement intérieur. Ils sont si précieux. Notre engagement envers l’autre est une belle initiative dans laquelle on s’engage également dans notre propre processus de croissance. Ils sont reconnaissants de ce que nous faisons, mais je leur suis également reconnaissante de cette grâce et de cette sagesse de la vie. Cette amitié avec les jeunes et les moins jeunes augmente ma solidarité et c’est ce qui m’inspire aujourd’hui et augmente ma passion. Je suis heureuse quand je vois les jeunes et les personnes âgées rayonner après chaque projet. Ils sont plus conscients de la vie mais apportent également des sentiments émotionnels. Ils atténuent la rudesse de la vie à laquelle nous sommes parfois confrontés. Si intense, si enrichissant et si gracieux.

 

Parmi les autres personnes, j’entends souvent dire que je suis sociable, que je parle couramment, que je suis quelqu’un qui va et que je veux aider les personnes en difficulté. Ceci est juste moi à travers mon travail bénévole, études, famille et Dieu! J’ai construit un réseau d’amis, grâce à Dieu, je me suis mise au défi et j’ai osé y aller pour mes rêves. Je suis qui je suis: fidèle, bavardant et un cœur pour ceux qui sont dans le besoin. Je cherche le bonheur dans les petites choses qui me procureront un grand bonheur: rentrer à la maison vers Dieu. Une chose que je sais: grâce à ma famille, à mon choix pour Dieu et à mon engagement envers les personnes dans le besoin, je reçois quelque chose que je ne mérite pas: la GRÂCE du Seigneur!

 

En substance, nous sommes connectés et chacun mérite une vie remplie de chaleur, de joie et de bonheur. Je suis quelqu’un qui aime développer de nouvelles idées, les réaliser et encourager les gens à aller au fond du cœur: “mettre un sourire sur le visage de quelqu’un qui se trouve dans un” tunnel obscur de la vie “, que ce soit à cause de la maladie ou de la pauvreté par la solitude “. J’aime les nouveaux défis et les projets flexibles. Sortir ensemble et brûler ce point lumineux dans l’obscurité. Est-ce que vous participez aussi?

 

 

Chaldéens en Belgique en action pour préserver leur culture culinaire

Pour la troisième fois, les membres d’ACOM et de la Ligue Chaldéenne de Belgique ont pu présenter leur culture culinaire à la Grand-Place de Malines lors du Dimanche sans voiture du 16 septembre 2018. Comme les années passées, les gens pouvaient goûter les différents fromages mésopotamiens et le pain traditionnel.

Une culture comprend différents aspects tels que la langue, les vêtements traditionnels, la danse folklorique, les traditions, le patrimoine, etc. Les habitudes culinaires en font également partie. C’est ce que ces Chaldéens zélés réalisent très bien et c’est pourquoi ils veulent faire la différence en protégeant et en continuant leur culture pour les prochaines générations de Chaldéens.

Et c’est une bonne chose, car qu’est-ce qu’une culture si on ne connaît plus son contenu et ne le vit plus? Dans ce cas, il reste un nom et la culture menace de se perdre petit à petit.

Ce n’est pas différent dans la communauté chaldéenne. Aujourd’hui, ce n’est que la plus ancienne génération de Chaldéens qui parvient encore à fabriquer du pain et du fromage traditionnels. Ce n’est donc pas un processus facile et les jeunes ne montrent pas un grand intérêt pour cela. Le manque de temps est souvent une raison, mais pour de telles questions, il n’y a jamais de temps dans la société contemporaine et aucune attention n’y est accordée. Et pourtant, il est important que la plus jeune génération l’accompagne et la transmette, car comme on dit «on ne sait que ce qui manque quand il n’y en a plus».

La Ligue Chaldéenne de Belgique et l’Organisation Active Chaldéenne Malines, en abrégé ACOM, sont des organisations chaldéennes qui se sont engagées à mettre le peuple chaldéen et sa culture sur la carte dans la société diverse en Belgique. Leurs membres engagés qui sont occupés dans leurs vies libèrent le temps nécessaire pour cela avec beaucoup d’amour. Ils tirent leur satisfaction du fait que la prochaine génération prend tout cela et que la culture continue de vivre comme ça.

Le drapeau chaldéen, un design contemporain avec une signification séculaire

Le drapeau chaldéen, comme les drapeaux d’autres groupes chrétiens du Moyen-Orient, est un design du 20ème siècle.

Cependant, sa conception est basée sur des symboles qui représentent une histoire séculaire.

Les premiers dessins ont été réalisés depuis 1985 par Amer Fatuhi, artiste chaldéen et historien.

Le dernier dessin définitif d’Amer Fatuhi a été officiellement approuvé en 1999 par l’ICA (Association d’Artistes Internationale Chaldéenne).

Toutes les organisations chaldéennes à travers le monde ont adopté ce drapeau comme une représentation de la nation chaldéenne.

 

Signification du drapeau

 

Les deux lignes bleues représentent les fleuves éternels l’Euphrate et le Tigre, qui montent au nord et coulent vers le sud de l’ancienne Mésopotamie, également connue sous le nom de «le pays entre les fleuves» (= Beth Nahrin).

L’étoile octuple représente le symbole babylonien de «loi et justice». Cette étoile est conçue dans le style chaldéen-babylonien, datant de 4100 av. Jésus-Christ. Cette étoile symbolique est également représentée sur l’obélisque du roi Naram-Sin, le roi d’Akkad et le petit-fils de Sargon d’Akkad.

Les deux cercles internes, en jaune (soleil) et en bleu (lune), font référence aux contributions culturelles des Chaldéens à l’histoire humaine, telles que l’astronomie et les mathématiques.

 

Jour du drapeau chaldéen

Chaque année, le 17 mai, les Chaldéens célèbrent la journée du drapeau chaldéen dans le monde entier.

Cette date a été choisie en l’honneur de Nabopolassar (le père de Nabuchodonosor), un roi chaldéen qui avait libéré Babylone le 17 mai 626 avant JC et qui a revendiqué le trône plus tard.